ACCUEIL ÉDITION 2017LAND ART ? APPEL DE DOSSIERS CONFÉRENCE
LES LIEUXSOUTIENPRESSE CONTACT

For english version

ÉDITION 2017

BROCHURE
 

Christine OUELLET

HLM ou le guêpier
Notre façon de répondre au besoin essentiel de se loger parle de nous, de notre appartenance à un groupe et de notre place au sein de celui-ci. L’habitation à loyer modique, le HLM, offre la possibilité à tous de disposer d’un logis. Est-ce là la manifestation d’une solidarité sociale ou d’un guêpier? La question est légitime dans le sens où les personnes qui en bénéficient sont la plupart du temps issues de la même classe sociale et, de ce fait, privées de ressources extérieures à leur groupe.

La guêpe, de son côté, développe son habitat dans un égal souci d’économie de moyen – salive et déchet – qui paradoxalement s’articule lui autour des notions de collaboration et de pérennité. HLM ou le guêpier est un habitat nouveau genre pour les guêpes. À même le garde-manger, soit le pommier, une quinzaine de guêpiers fabriqués de fibre de lin, enveloppes de maïs, feuilles de pommiers, duvet d’asclépiade, cendres et imperméabilisant biodégradable assurent le confort et l’étanchéité aux habitations…quatre saisons.


*

*

Bonnie DEVINE

La Grande Paix de Montréal 1701
L’artiste souhaite faire une œuvre d'art afin de commémorer le traité 1701 signé entre Louis-Hector de Callière, le Gouverneur de la Nouvelle France, et 1 300 représentants de 39 Premières Nations. La Grande Paix de Montréal est un événement diplomatique unique dans l'histoire des Amériques et est toujours considérée valable par les Premières Nations impliquées. Les membres de la confédération d'Iroquois, la Nation des Hurons et des Nations Algonquines étaient présents au rassemblement qui a précédé la signature du traité. Les Français ont négocié en respectant leur politique traditionnelle américaine, leur relation avec la plupart des peuples indigènes a été caractérisée par le respect mutuel et l'admiration et basée sur le dialogue et la négociation.


*

*


Bruno TASSÉ

Structure réciproque
Cette oeuvre nous livre une allégorie sur le thème de la réciprocité, de l’échange et des capacités exécutives du groupe lorsque les forces de chacun sont conjuguées. Chaque individu fournit une épaule, travaille et se repose simultanément, s’appuie et prête appui.




*

*

Pierre-Étienne LOCAS

TRONQUÉ
Prix Coup de cœur 2017
Du vivant dans la blessure

La chaîne tranche, l'essaim panse

Une sorte de magie, ou un cycle.

L'empoisonner et la briser

Elle nous survivra

D'un règne à l'autre L'origine, un battement, puis la suite.


*




Diane ROYER

Le baiser
Montagne sacrée, terre joyeuse, douce forêt
Tu nous séduis par ta mystérieuse ambivalence : angoissante et sereine
Verdoyante et ombreuse, inspirante et vivante
L'arbre est vie
L'arbre est mort
Tout est bon
Tout se prête au rapprochement
Tout se prête à l'amour, au baiser, au grand souffle
Les êtres se reconnaissent et témoignent de leur présence
En imposant leur geste, enraciné et silencieux


*

*


Suzanne FerlandL

Épeler et conjuguer les silences
L’œuvre réalisée par Suzanne FerlandL est constituée de petites pierres ficelées à l’extrémité de branches d’arbres. L’artiste unit deux éléments distincts et opposés : la vie statique de la pierre, porteuse du message des ancêtres, à la vie dynamique de l’arbre en perpétuelle évolution. Par un geste répétitif, l’artiste adopte un rituel commémorant, pierre par pierre, le labeur des femmes s’efforçant depuis des siècles de prendre place dans le paysage historique. Histoire de murmures et de petits gestes. Épeler et conjuguer les silences des femmes..





*

Jean BESNER

ÉPHÉE « petit esprit des bois »
Le Québec est peuplé de contes et de légendes aux quatre coins du pays et cet héritage, c’est à nous de se le rappeler. Des histoires contées et racontées et parfois presqu’oubliées, des histoires disparues auxquelles il faut redonner vie. ÉPHÉE est un petit esprit des bois, insouciant et volatile. Il danse sous la lune, nu sous la pluie. Il est le vent qui nous caresse la nuque et il porte les parfums des bois. Sous les odes d’octobre, il s’élève entre la cime des arbres pour décrocher leur dernière feuille. Il est l’esprit d’automne. Il nous berce au rythme du temps pour nous porter avec lui et courir sous la brume. Il a la légèreté des quatre vents et la douceur du temps. Malheureusement, un jour viendra pour lui, de disparaître à la dernière feuille tombée.

« Court court grand fou au vent,
Nous te trouverons pour te ramener,
Oh! Grands fous que nous sommes,
Nous viendrons te manger ».

Les saisons.



*

Marvayus CHLOÉ de WOLF et Joël LAROUCHE

Expom’67
Bienvenue dans le verger du futur ! Ici il n’y a pas de boue, prière d’enlever vos chaussures. Merveille du génie biogénétique, le PommisierB4 est la solution rêvée aux nombreux problèmes que l’humanité avait jusqu’ici rencontrés avec le pommier dit « naturel ». Grâce à son système de pommes permanentes, les fruits ne sont plus cueillis pour être pressés, mais laissés sur l’arbre et siphonnés. L’ingénieux réseau de bio-branches achemine le suc récolté depuis les pommes par capillarité jusqu’au tronc central qui le redirige vers des gaines souterraines, pour rejoindre le dispositif de juciphère centrale automatisée. Cet arbre 3.0 résiste au gel, à la tavelure et produit du suc même en hiver. Alors que le pommier traditionnel nécessite dans la plupart des cas une taille annuelle, le PommisierB4 autorégule sa forme par triangulation.


*




Yves LEBLET

ÉMERGENCES
...au contact de la nature, pour qui sait regarder, se dévoile la complémentarité des éléments, le coeur du monde où l’équilibre des forces offre à chacun de trouver sa place.


*

*


Aurélien BIET

Pomme paumée cherche pommier…
Cette pomme égarée veut à tout prix devenir pommier. Naturellement, il lui suffit pour cela de se laisser tomber et de germer. Étonnamment, cette réalisation est si simple et lui semble si improbable qu'elle a du mal à y croire! Elle qui rêve de déployer ses branches en plein vent, elle ne peut concevoir de se faire enterrer! Au contraire, elle croit devoir mériter sa place au sommet en luttant de toutes ses forces contre la gravité. Elle invente pour cela un moyen de se propulser très haut et part alors très loin, en quête de son destin. De bonds en rebonds, elle cherche ce pommier qu’elle rêve d’incarner! Mais de tours en détours elle ne trouve rien, s’essouffle et perd progressivement l’énergie de son élan. À bout de forces, elle prend le chemin du retour et comprend que sa quête s’arrête là, à l’endroit même de son départ. Elle découvre que ce qu'elle cherche est depuis toujours logé au plus profond de ce qu'elle est. Un magnifique pommier, planté dans son coeur de pomme, sous la forme d’un pépin, prêt à germer…


*

*


© Crédits photos édition 2017 : Patrick Deslandes
* © Crédits photos édition 2017 : Clôde De Guise 
POUR VOIR LE VOLET RELÈVE